Browsing Category

Les petits portraits

Les petits portraits

Visite de l’atelier de Sarah, créatrice de Laklak

11 décembre 2016
lak lak sarah

J’ai eu le plaisir de faire la connaissance de Sarah, créatrice de Laklak, lors du dernier événement organisé par l’agence Pulpe. J’ai tout de suite été fascinée par son travail. Sarah utilise en effet une technique artisanale très populaire au Vietnam, le bois laqué, en la modernisant et la mettant au goût du jour. Le résultat : une gamme de colliers, bracelets, broches très chic et hyper graphiques avec une inspiration asiatique. J’ai trouvé cette démarche très intéressante et ai tout de suite voulu en savoir plus sur son parcours et son histoire. Sarah m’a donc très gentiment reçu cet automne dans son appartement parisien à Montmartre. J’y pu découvrir la petite entreprise de Sarah, observer son minutieux travail et voir des superbes bracelets voir le jour. Je vous emmène donc, à travers cet article, dans l’atelier LakLak.

Vous pourrez retrouver les bijoux de Laklak sur etsy et suivre l’actualité de Sarah sur Facebook et Instagram.

31laklak atelier créatricelaklak-bijoux

L’interview :

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi ? 
Je suis Sarah, j’ai 29 ans et j’habite à Montmartre avec mon chat petit Tsuki. Je suis créatrice de bijoux en bois laqué décorés à la feuille d’or. Je revisite un art millénaire dans des bijoux à l’esthétique actuelle.

laklak broches laqueQuel est ton parcours ?
J’ai d’abord fait des études de design, mais il me manquait quelque chose, je ressentais le besoin d’apprendre un véritable savoir-faire, de « mettre la main à la pâte ». J’ai longuement hésité entre le travail du bois et de la céramique. Et puis, à l’occasion d’une journée porte ouverte à l’école Olivier de Serres (ENSAAMA, École Nationale des Arts Appliqués et des Métiers d’ Art), j’ai découvert la technique ancestrale de la laque. Ce fut un véritable coup de cœur ! L’intensité et les innombrables possibilités créatives qu’offre ce matériau m’ont immédiatement fascinée. J’ai alors intégré cette formation et ça a été le début d’une grande passion.

Comment définirais-tu en quelques mots l’esprit de LAKLAK?
LAKLAK, ce sont des bijoux en bois laqué décorés à la feuille d’or dans un univers graphique coloré et poétique.

laklak-atelierQu’est-ce qui t’a amené à te lancer dans la création de bijoux ? Où as-tu appris la technique de la laque ?
À la fin de mes études, je suis partie en Asie, principal berceau de la laque, pour approfondir mes connaissances dans cette technique traditionnelle. Je suis allée au Japon et j’ai passé plusieurs mois au Vietnam, à Hanoï, aux côtés d’un maître laqueur. Voyager ainsi ouvre des horizons infinis en matière de création et nourrit intensément l’inspiration. De retour en France la tête remplie d’images, je n’ai plus qu’à me lancer, je crée alors ma première collection de bijoux inspirée par l’Asie. C’est ainsi que ma boutique LAKLAK est née, en juin 2012.

laklak collierD’où tires-tu ton inspiration pour tes créations ? 
Mon inspiration, je la puise dans la richesse de mes voyages. J’ai eu la chance d’aller en Asie et en Amérique du sud. J’ai encore en tête des couleurs, des motifs  et des textures. Mais au final, l’inspiration c’est aussi au quotidien, des petits détails, une jolie plante, un motif architectural…

Peux-tu nous parler de ton processus créatif ? 
 Superpositions de couches de pigments, ponçages, poses de feuilles d’or, gravures, vernissages, lustrages sont autant d’étapes qui jalonnent la réalisation d’un bijou. Il faut savoir qu’il me faut un mois pour terminer une pièce, de l’application de la première couche au lustrage final. Les temps de séchage m’imposent un temps de réalisation très long. Bien entendu je commence plusieurs bijoux à la fois 🙂

laklak laquelaklak-creationsTrouves-tu facilement les fournitures nécessaires pour tes créations ?
Il n’est pas facile de se fournir en France pour travailler la laque mais j’ai tout de même la chance de pouvoir trouver le nécessaire dans deux boutiques parisiennes.

Laklak feuilles d'orlaklak couleursConnais-tu d’autres jeunes créateurs travaillant la laque ?
Nous sommes très peu à utiliser la laque comme moyen d’expression. On retrouve principalement ce médium dans le domaine de l’ameublement. J’ai des amies qui ont fait la même formation que moi et qui aujourd’hui travaillent dans la restauration de mobilier ou le décor mural.
Dans un univers très différent du mien, Marion Delarue réalise des bijoux laqués qui sont de véritables œuvres d’art conceptuelles.

Tu travailles dans ton appartement, comment cela se passe-t’il ?
Ce n’est pas évident, travailler chez soi demande de l’organisation sinon c’est vite le bazar 😉

C’est aussi un avantage, pouvoir travailler à son rythme, avec son petit confort. Mais à terme j’aimerais trouver une place dans un atelier collectif, pouvoir échanger, partager, c’est bien plus riche !

laklak atelier déco

Qu’aimes-tu faire de ton temps libre ? Quels sont tes petits plaisirs au quotidien ?
J’habite Montmartre depuis maintenant un an. Je suis littéralement amoureuse de l’atmosphère qui y règne. Chaque jour je découvre encore de nouvelles ruelles inexplorées. J’aime m’y perdre. Dès que j’ai besoin d’une pause, je vais m’y promener ou y courir.
J’avoue avoir aussi une passion pour la nourriture et notamment tout ce qui est salé. Ça tombe bien j’adore cuisiner 🙂

Chat Lak Laklaklak-sarah

Peux-tu nous parler de Pulpe ?
Pulpe c’est l’idée qu’a eu Clémence de créer un annuaire gratuit visant à promouvoir les marques françaises et les créateurs locaux. Le but de cet annuaire est la valorisation du fait main et du savoir-faire français mais aussi de faire découvrir au grand public des créations originales loin de l’image des grandes enseignes.
A chaque nouvelle édition, Pulpe organise sa soirée de lancement au cours de laquelle est divulguée la sélection de créateurs.
J’ai eu la chance de faire partie de l’édition #3. C’est  l’occasion rêvée de faire de chouettes rencontres et de papoter. C’est d’ailleurs lors de cette soirée que Céline et moi nous sommes rencontrées 😉

Y a-t-il des créateurs dont tu apprécies particulièrement le travail ?
J’aime par-dessus tout découvrir de nouveaux créateurs, notamment sur Etsy (source inépuisable  de craquage). La plupart de mes éléments de décoration ont été dénichés sur Etsy. J’aime les illustrations de OAK Gallery ou d’Atelier Bingo.

Pour ce qui est des bijoux, je suis littéralement fan du travail de En Avril et de Lunaticart.

oak-gallery

Les affiches végétales d’Oak Gallery

Quels sont tes futurs projets pour LAKLAK?
Cette année je souhaiterais me former au travail du métal pour élargir les possibilités de créations. Je voudrais aussi faire évoluer ma marque. Une refonte de toute mon identité visuelle est en cours ainsi qu’un site internet…

Les petits portraits

Le doux univers de Sara de Dodo Toucan

23 juillet 2016
sara theron dodo toucan

J’ai le plaisir aujourd’hui de vous faire découvrir la belle Sara Theron, créatrice de Dodo Toucan. Je l’ai découverte par le biais d’Adeline Klam et j’ai été immédiatement séduite par la douceur et poésie de ses animaux en céramique. J’ai eu la chance de visiter son tout nouvel atelier, installé rue Sainte Marthe, dans le 11ème arrondissement de Paris et d’y prendre ces photos toutes en couleur.

Vous pouvez retrouver les créations de Sara sur son site internet et sa page Instagram.

sara theron dodo toucan

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi ?
Sara, 27 ans, j’habite et je travaille dans le 10ème arrondissement. L’an dernier, j’ai créé la marque Dodo Toucan, des objets pour la maison et des animaux en céramique que je fabrique à la main. Je suis attachée aux valeurs éthiques et écologiques qui accompagnent le choix de fabriquer à la main et localement.

Quel est ton parcours ?
Après le bac, je suis entrée à l’école des Arts Décoratifs de Paris, où j’ai fait mes études dans la section Design Objet. Vers la fin de mes études, j’ai commencé à travailler pour Adeline Klam, une créatrice qui travaille le papier japonais et qui possède un atelier-boutique dans le 11ème arrondissement. J’ai beaucoup appris sur le plan artistique, notamment en ce qui concerne la couleur, mais surtout cela m’a permis de comprendre comment pouvait se développer une petite entreprise créative.

Comment définirais-tu Dodo Toucan ?
C’est un une collection d’objets et d’animaux en céramique qui forment un univers naïf et coloré. J’essaie d’y mettre un peu de poésie et de douceur.

dodo toucan céramiquegrigri dodo toucan

Qu’est-ce qui t’a amené à créer Dodo Toucan ? Pourquoi t’être tournée vers la céramique ?
En ce qui concerne la céramique, j’ai débuté avec des amis dans un cours du soir pour amateurs, il y a environ 3 ans. À ce moment-là, je souhaitais seulement conserver une pratique créative personnelle à côté  de mon travail. Mais j’ai eu un véritable coup de cœur pour ce matériau et peu à peu, l’idée d’acheter notre propre four à céramique a germé avec un ami ! J’ai commencé à produire des petits animaux dans mon propre atelier, puis à les vendre. Dodo toucan est né ! Et de fil en aiguille, c’est devenu mon activité principale.

sara ceramique dodo toucanlicorne céramique

Que voulais-tu faire comme métier étant petite ?
Illustratrice ou acrobate !

D’où tires-tu ton inspiration ?
C’est assez vaste ! Disons que mes principales sources sont la nature et l’illustration. Le travail de la couleur est également très important pour moi.

peinture ceramiquedodo toucan atelier

Peux-tu nous parler de ton processus créatif ?
Je passe beaucoup de temps à regarder des images avant de me lancer dans une nouvelle création. Après, je peux réussir du premier coup ou bien rater une dizaine de fois, c’est assez variable (du coup, mes amis collectionnent pas mal de ratés). Pour imaginer de nouveaux animaux, j’essaie aussi de privilégier ceux qui ont un caractère symbolique ou poétique fort, auxquels je peux m’identifier.

céramique

Créations avant cuisson de participants à un atelier céramique

Peux-tu nous parler de ton nouvel atelier ?
Cet été, j’emménage dans un nouvel espace. C’est un petit atelier boutique situé au 11 rue Sainte-Marthe dans le 10ème arrondissement. Si vous ne connaissiez pas cette rue, c’est l’occasion d’y faire un tour, elle est bordée de petites façades colorées. Celle de Dodo Toucan est dans les tons vert d’eau !
Ce sera un lieu de création et de fabrication, où les curieux pourront découvrir le travail de la terre ou acquérir directement une petite céramique Dodo Toucan . Il y aura également des ateliers de céramique.

rue saint marthe parissara atelier dodo toucan

Quel est l’animal qui rencontre le plus de succès dans ta boutique ?
Les félins. Par contre, entre le tigre et la panthère votre cœur balance, alors difficile à dire 🙂

tigre céramique dodo toucantigre créatrice dodo toucan

Qu’aimes-tu faire de ton temps libre ? Quels sont tes petits plaisirs au quotidien ?
J’aime beaucoup me balader, marcher, comme la céramique, c’est une pratique assez méditative. Sinon je suis assez manuelle donc j’essaie de dessiner, tricoter, cuisiner, etc.

Peux-tu nous parler de 3 adresses parisiennes que tu apprécies particulièrement ? Restos, magasins, musées… Ou autres ?
J’aime beaucoup mon quartier donc les adresses que je fréquente sont assez locales.
J’adore  le restaurant « Maria Luisa », à l’angle de la rue Marie et Louise et de la rue Bichat (10ème). Les meilleures pizzas de Paris à mes yeux (et le tiramisu vaut le détour aussi) !
Dans le quartier, il y a aussi la boutique « Klin d’oeil », 11 rue Déguerry dans le 11ème, qui expose et vend une jolie sélection de créateurs français. Il y a des objets pour la maison, des illustrations et des bijoux, c’est l’endroit idéal pour trouver un beau cadeau.
Enfin, pour sortir de Paris, je conseille la forêt de Fontainebleau, on se croirait dans le Sud avec le sol sableux, les pins et les immenses rochers.

As-tu des objets fétiches ? De quoi aimes-tu t’entourer ?
J’aime bien les plantes et je tente d’avoir un petit coin « nature » dans mon appartement, mais je suis assez mauvaise pour m’en occuper. Je ne désespère pas cependant 🙂
Sinon, j’apprécie beaucoup l’artisanat japonais ! J’adorerais aller au Japon pour regarder la manière dont les artisans fabriquent les objets traditionnels et rapporter des souvenirs plein de belles histoires.

Il y a t-il des créateurs dont tu apprécies particulièrement le travail ?
En céramique, j’admire particulièrement certains céramistes japonais contemporains comme Shio Kusaka et Takuro Kuwata. J’aime également beaucoup regarder du côté de l’illustration, mais difficile de citer un seul artiste, j’en aime tellement ! J’apprécie le travail minutieux de Tamae Mizukami, les animaux d’Aïko Fukawa, les scènes de vie et de nature de Monica Ramos.

Quels sont tes futurs projets pour Dodo Toucan ?
Il y a bien sûr l’ouverture de l’atelier boutique, prévue pour la rentrée 🙂
Ensuite, je prépare une exposition pour début septembre à la galerie Klin d’oeil ! Il y aura de grandes familles d’animaux et également des nouveautés, mais je ne préfère pas tout dévoiler maintenant car je suis un peu superstitieuse.

atelier dodo toucan paris

Les petits portraits

Rencontre avec Laetitia de Folkeshi

24 juin 2016
Laetitia Folkeshi

Cette fois, je vous présente une jeune entrepreneuse, Laetitia, installée au Japon, qui a lancé Folkeshi, sa boutique en ligne de kokeshi. Kokeshi est le nom donné aux poupées japonaises artisanales en bois. Elles ont été crées il y a 150 ans dans le nord du Japon par des artisans et constituaient des jouets pour les enfants des paysans ou des souvenirs pour les touristes. Laetitia parcourt le Japon pour chiner de magnifiques poupées anciennes. Elle a également lancé un blog pour parler de sa passion pour les kokeshi et vous pourrez d’ailleurs y trouver une petite interview de moi accompagné de photos de ma petite collection de poupées. Vous pouvez aussi suivre Laetitia sur Instagram !

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi ?
Je m’appelle Laetitia, j’ai bientôt 30 ans, et je vis au Japon. Je suis très attachée à l’art et la culture, les valeurs humanistes. J’ai monté mon auto-entreprise il y a quelques mois, en marge de mon activité de prof de français.

Quel est ton parcours ?
J’ai fait des études de Management de projets culturels. Un master pointu mais ouvrant sur des métiers super intéressants ! J’ai travaillé en France dans une association, pour quoi j’organisais un festival de poésie contemporaine. J’ai quitté ce job quand mon compagnon s’est vu proposé un poste au Japon.

Peux-tu nous parler de Folkeshi ? Qu’est-ce qui t’a amené à te lancer ?
Folkeshi, c’est une boutique de kokeshi anciennes. Je les chine au Japon, je les identifie, et les vends sur ma boutique etsy. Je tiens également un blog d’information sur les poupées japonaises. En venant du Japon, j’ai quitté mes anciens projets, et j’étais prête à imaginer un autre travail, une autre carrière. C’est le pas le plus important, je crois ! Une fois que j’ai eu l’idée, et il a suffit de dégager suffisamment de temps de travail pour me lancer.

collection kokeshi Folkeshi

Pourquoi les kokeshis ?
La première raison, c’est que j’aime les kokeshis, esthétiquement, et j’aime aussi l’idée de l’artisanat, du savoir-faire qui se transmet de génération en génération. Commercialement parlant, il m’a semblé qu’il y avait une opportunité. Elles sont très appréciées en dehors du Japon, mais difficiles à trouver.

Qui sont tes artisans préférés ?
J’ai un (gros) faible pour Seiichi Suzuki, qui peint des visages parfaitement impertinents (style Hijiori) ; et je suis dingue du travail de Ikuo Okazaki, qui fait des poupées kokeshi de type Zao. Je visite son atelier le mois prochain, et j’ai hyper hâte !

Où trouves-tu les kokeshis que tu commercialises ?
Je cours les brocantes, les marchés aux antiquités, et parfois même les boutiques de seconde main dans mon coin du Japon : les préfectures du Gunma et du Tochigi.

brocante japon

Peux-tu nous parler de ta vie au Japon ? Depuis combien de temps y vis-tu ?
Je vis au Japon depuis 4 ans avec mon conjoint, et notre fils, né là-bas. On vit dans une « campagne urbaine » : il y a des rizières entre les maisons, mais c’est encore la ville avec ses autoroutes, ses (petits) immeubles, ses combinis et ses pachinko omni-présents. J’enseigne le français trois jours par semaine, dans un lycée et dans une entreprise. Le reste du temps est consacré à Folkeshi et ma vie de famille.

Flower Park d'Ashikaga

Flower Park d’Ashikaga, la ville où Laetitia vit

Qu’aimes-tu faire de ton temps libre ? Quels sont tes petits plaisirs au quotidien ?
J’adore lire. Etudiante, je lisais énormément – franchement moins aujourd’hui. Mais m’asseoir dans mon canapé avec un livre reste un plaisir fréquent, et un réconfort incroyable. J’aime aussi aller dans un café et regarder les autres gens…

De quoi aimes-tu t’entourer ?
De livres ! Je me sens chez moi là où il y a des bouquins. Même s’ils sont écrits dans une langue que je ne lis pas ! Si je regarde autour de moi, il y a aussi pas mal de photos… et de poupées kokeshi.

folkeshi déco

Quelles sont les kokeshis préférées de ta collection personnelle ?
Deux kokeshi créatives, l’une par Katase Kaihei, rencontré il y a deux ans, à la bouille très blanche, l’autre ultra mignonne par Usaburo, un atelier collectif que j’ai souvent visité dans le Gunma. Pour les traditionnelles, le choix est difficile ! Mais je dirai cette grande Tsuchiyu rayée, aux sourcils joints, qui me fait penser à Frida Kahlo, et que j’ai chinée cette année, et cette kokeshi atypique de type Akiu, un sous-genre du style Togatta, que je trouve juste extraordinaire : la fausse symétrie, la dureté des lignes géométriques et la douceur des yeux…

kokeshi folkeshi

Quels sont tes futurs projets pour Folkeshi ?
Je vais organiser une vente d’une semaine sur Instagram, que de kokeshi neuves, achetées directement à des artisans que j’aime spécialement. Probablement en juillet. J’ai hâte !

Si vous aussi, vous avez craqué pour ces petites beautés, Laetitia vous offre un code promo : LESPETITESCHOSES, qui offre 15% sur sa boutique jusqu’au 20 juillet.

Les petits portraits

Elise d’En Avril (concours terminé)

18 avril 2016
Elise En Avril

Le blog souffle sa première bougie, que le temps passe vite ! Je vous remercie du fond du cœur de me suivre dans cette aventure toute nouvelle pour moi. J’ai conscience de ne pas assez publier et je promets de faire des efforts ! J’espère en tout cas que les articles que je vous ai partagé durant cette année vous auront plu !

Je vous présente aujourd’hui la créatrice Elise Letulle qui a également lancé sa marque En Avril il y a tout juste 1 an ! Avec ses mains de fée, Elise conçoit de superbes bijoux et accessoires entièrement brodés à la main. Dès le premier coup d’œil, je suis tombée sous le charme de ses créations. Je leur trouve un côté si chic, délicat et moderne. Dans le souci de vouloir démocratiser la broderie, les créations d’En Avril sont pourtant très abordables alors qu’elles représentent un véritable travail d’orfèvre !

Vous pourrez retrouver les bijoux et accessoires d’Elise sur Etsy et suivre l’actualité de la boutique sur ses comptes Facebook et Instagram.

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi ?
Je m’appelle Elise, je vis en Normandie, à Cherbourg, près de la mer et j’ai crée il y a un an (presque tout pile) la marque En Avril. Je travaille dans mon atelier à la maison.

Quel est ton parcours ?
Pour le résumer, atypique et autodidacte. Sur le papier c’est une formation très sérieuse d’abord littéraire et juridique (hé oui…). Dans les faits, j’ai comme beaucoup de créatrices toujours dessiné, fabriqué des choses, aimé raconter des histoires et il a bien fallu qu’un jour tout ceci me rattrape et s’exprime.
En 2007, je crée ma première marque, autour de la confection de chapeau et qui existe encore d’ailleurs, même si en ce moment En Avril me prend tout mon temps.

bijoux en avril

Comment définirais-tu En Avril ?
Ces petits rien qui font la différence ! C’est le détail qui fait la différence et je propose avec mes accessoires d’amener du précieux sur nos vêtements chouchous, de la fantaisie dans nos basiques.

Quand as-tu lancé En Avril ? Qu’est-ce qui t’a amené à te lancer ?
J’ai crée En Avril l’année dernière… en avril. Avec ma marque précédente j’ai toujours aimé travailler sur l’ennoblissement textile. Le plissage, l’impression, et c’est donc naturellement que je me suis intéressée à la broderie. A force de me documenter, j’ai découvert la broderie de Lunéville et la broderie indienne et c’est la technique que j’ai choisi pour broder. Le tissu de coton est monté sur tambour et c’est à l’aide d’un petit crochet que l’on brode.

Pourquoi la broderie ?
Elle me permet de mettre en forme et en couleur mes graphismes avec une certaine instantanéité. Je dessine et hop je brode au gré des envies.

bijoux brodés créatrice francebijoux en avril fait main
D’où tires-tu ton inspiration pour la réalisation de tes bijoux ?
D’un peu partout, mais surtout dans le graphisme vintage que j’essaie de moderniser. Dans les papiers peints des années 60, dans les bijoux graphiques des années 20, dans les folklores des arts du fil d’un peu partout dans le monde.

Peux-tu nous parler du processus créatif de tes bijoux ?
Ah ah, je ne donnerai pas ma recette magique mais ce que je peux dire c’est qu’une pièce demande énormément de petites manipulations et de soins. Alors dans l’ordre, d’abord un bon dessin! Ensuite le choix des couleurs que je fais généralement sur Photoshop. L’étape broderie, découpe (attention les doigts), puis l’encollage sur cuir, le passage de l’ensemble à la presse vapeur, une nouvelle découpe, le travaille des tranches du cuir et enfin le montage bijou….ouf !

broderie en avrilbureau en avril

Qu’aimes-tu faire de ton temps libre ? Quels sont tes petits plaisirs au quotidien ?
Halala !! C’est bien ce qui me manque en ce moment mais quand je peux c’est famille et copines.

Il y a t-il des créateurs dont tu apprécies particulièrement le travail ?
Le choix est difficile, je suis sur la plateforme de vente en ligne Etsy et c’est une véritable torture quotidienne de ne pas céder à la tentation… Alors je resterai encore entre copines avec Eudeline Mlle Moutarde et Marion « Les Queues de Sardines ».

Quels sont tes futurs projets pour ton activité ?
Quelques nouveaux points de vente et surtout des collaborations surprises.

cactus broche en avril

Elise a réalisé une collection spéciale pour l’anniversaire de sa boutique sur le thème des plantes et composée de pièces uniques. Cette collection est vraiment hyper canon comme vous pouvez le voir avec ces deux pièces présentées ci-dessus. Les amateurs de cactus et autres succulentes seront comblés !

Pour les 1 an du blog, Elise s’associe à moi pour vous offrir un adorable collier renard. Pour participer à ce concours, je vous invite à vous rendre sur ma page Instagram 🙂 !

concours les petites choses blog x en avril

Les petits portraits

Portrait d’Anaïs de Confiture de Poème

13 janvier 2016
interview_10

Je vous présente Anaïs, une créatrice passionnée aux doigts de fée qui a lancé « Confiture de Poème ». Dans sa boutique, elle propose des objets de décoration en textile et fait-main. Ce qui m’a interpellé, ce sont ses magnifiques poupées de collection, qui sont de véritables petites œuvres d’art ! Elle réalise un travail minutieux et  impressionnant, pour lequel je suis vraiment admirative.
Son univers ressemble à un charmant voyage dans un conte de fée et me parle complètement en tant que grande enfant. Je ne sais pas vous, mais ses poupées me font beaucoup penser aux vitrines féériques de Noël des grands magasins parisiens. Et chut ! Je me suis fait un petit cadeau de Noël en acquérant une des dernières créations d’Anais, une petite poupée parisienne, pour laquelle j’ai complètement craqué !

Pour découvrir son univers, vous pouvez voyager sur son blog, sa page Instagram et sa boutique etsy !

primerose et hortense

Primerose et Hortense, mes deux favorites de la boutique

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi ?

Je suis Anaïs Folio mais je travaille sous le nom de jeune fille de ma mère donc vous me retrouverez sous le nom d’Anaïs Natiembé. Je suis créatrice d’objets de décoration textiles destinés aux enfants et je crée des poupées de collection pour les plus grands. Je suis née à Mulhouse mais j’ai toujours vécu sous le soleil rayonnant de la Réunion depuis l’âge de 2 ans et maintenant je suis installé sur la région du Grand Lyon depuis cette année et je suis maman d’un garçon et de deux chats.

Quel est ton parcours ?

Les souvenirs qui ont marqué mon enfance, ce sont ces journées que je passais à coudre et fabriquer des poupées de chiffons ou à réaliser des maquettes sorties des revues « Mon petit poney ». Je dessinais beaucoup mais à aucun moment, je me suis dis que je pourrais en faire mon métier. J’avais plus l’idée d’ouvrir un salon de thé où j’aurais pu partager des travaux manuels sous forme d’ateliers. Je me suis dirigé vers un métier très administratif qui m’a permis d’acquérir les bases nécessaires pour devenir entrepreneur. En 2009, j’ai ouvert un blog de mode et d’illustration, c’était un moyen de m’évader car il me manquait quelque chose dans ma vie mais je n’arrivais pas à savoir quoi, et le dessin a pris une place à part. Je dessinais beaucoup pour faire évoluer mon style. J’ai pu ainsi, devenir illustratrice et réaliser des publications, des travaux pour les particuliers et par la suite j’ai commencé à développer mes créations.

peneloppe confiture de poèmeinterview_8

Peux-tu nous donner 3 adjectifs qui te correspondent bien ?

Je suis curieuse, passionnée mais aussi paresseuse.

Comment définirais-tu Confiture de Poème ?

Pour moi c’est une balade onirique.

Quand as-tu lancé Confiture de Poème ? Qu’est-ce qui t’a amené à te lancer ?

En 2013, c’est vraiment la naissance de « Confiture de Poème », j’ai quitté mon boulot car je n’arrivais plus à m’épanouir. Je me suis donnée quelques années pour réaliser mon rêve en créant une marque autour du fait main avec des résonances artistiques comme mes poupées à collectionner.

Quel est l’esprit de Confiture de Poème ?

Embellir le monde des enfants aujourd’hui et l’émerveiller demain.

D’où tires-tu ton inspiration pour la réalisation de tes poupées ?

Tout commence par des dessins, je dessine beaucoup dans mes carnets et mes idées viennent d’eux. Mes dessins sont souvent inspirés par ce qui m’entoure mais les photos de mode m’inspirent beaucoup. J’aime les broderies, les perles et tous ces détails m’inspirent.ondine confiture de poèmeconfiture de poème sirène

Où travailles-tu ? As-tu ton propre atelier ?

Je n’ai pas encore d’atelier pour le moment. Je partage une grande chambre en deux où j’ai un bureau pour la création artisanale et un autre pour dessiner et m’occuper de la paperasse.

Peux-tu nous parler du processus créatif pour tes poupées ? Où-as-tu appris ces techniques ?

Je suis une autodidacte, j’ai appris les bases de la couture et du tricot avec ma mère et je l’ai perfectionné avec des manuels. Mon point de départ c’est mon dessin, ensuite, je me pose des questions sur ce que je veux avoir comme résultat final et je travaille sur plusieurs prototypes.

dessin confiture de poème poupéeinterview_6

Sais-tu qui sont tes acheteurs ?

En général, les poupées chat, loup ou mes suspensions murales sont achetées par la famille, amis de jeunes parents ou les jeunes parents eux-mêmes adeptes du fait-main et de la décoration. Les poupées de collection visent surtout les collectionneurs de choses mignonnes, grands enfants fans de curiosité et de grands yeux comme moi.

broche confiture de poème

Les adorables broches que vous pouvez retrouver sur Etsy

Qu’aimes-tu faire de ton temps libre ? Quels sont tes petits plaisirs au quotidien ?

J’adore cuisiner, mes origines réunionnaises font que j’adore le métissage et à la Réunion, la cuisine c’est un savant mélange de cuisine chinoise, indienne et métropolitaine, la nourriture a une place de choix. Sinon, je suis une fana de manga, j’en ingurgite une grande quantité en version papier comme animée.

As-tu des objets fétiches ?

Ma collection de Bd.

interview_2

De quoi aimes-tu t’entourer ?

J’aime mes bd, mes mangas, les tasses aux styles anglais et les petites poupées « aux yeux glauques » comme dirait mon garçon.

Il y a t-il des créateurs dont tu apprécies particulièrement le travail ?

J’adore les artistes comme Takashi Murakami et Yoshitomo Nara autant pour les grands yeux que je trouve fascinants ainsi que les couleurs qu’ils utilisent. Et dernièrement j’ai découvert le travail d’Hikari Shimoda dont les œuvres sont étrangement attirantes. Dans l’illustration française, j’adore le travail d’Amélie Fléchais et de Clément Lefèvre, je pense que c’est toujours pour les mêmes raisons, les regards et les couleurs.

Quels sont tes futurs projets pour ton activité ?

Mon projet à long terme est de développer « Confiture de Poème » en réalisant des petites séries, démarcher d’autres boutiques où l’on pourrait trouver mes créations. En ce moment, je réalise un projet personnel sur le thème du cirque que je partage sur mon compte instagram, avec une vingtaine de personnage à créer de toute pièce ainsi que le décor, tout un programme et pourquoi pas en faire une exposition.

cirque poupéesconfiture de poème cirque

J’espère que vos âmes d’enfant auront apprécié découvrir l’univers onirique et merveilleux d’Anais de Confiture de Poème. A très bientôt pour une nouvelle interview !

Les petits portraits

Rencontre avec le duo Jule et Lily

4 décembre 2015
jule et lily

Durant cet été, j’ai eu la chance de faire la rencontre d’un duo formidable : Jule et Lily. Un couple attachant et talentueux qui a lancé une marque de vêtements et de bijoux entièrement réalisés par leurs soins. J’ai découvert leur boutique par hasard sur Alittlemarket et je suis instantanément tombée complètement sous le charme de leurs adorables collections.

Jule et Lily ont eu la gentillesse de m’accueillir dans leur atelier et appartement pour me permettre d’assister à la sérigraphie d’une série de t-shirts ! Je suis tombée amoureuse de leur petit cocon girly, avec un côté vintage et plein de charme ! Je l’avoue, c’est un peu l’appartement de mes rêves : rose et plein de mignonneries !
Je vous partage ici leur interview et les photos prises en espérant que vous succomberez également à leur univers ! Allez jeter un oeil à leur site web : Jule et Lily, leur profil Instagram et à leur page Facebook

jule et lily interview

L’intérieur de Jule et Lily

Pouvez-nous nous dire quelques mots sur vous ?
Lily : Nous sommes Julien et Aurélie alias Jule et Lily 😉 . Nous sommes un duo de créateurs optimiste et complémentaire.
Jule : Lily crée et confectionne les collections de vêtements et de bijoux et je dessine et j’imprime en sérigraphie les visuels de nos collections.

jule et lily couture

Lily à la couture

Quel est votre parcours ?
Jule : Je suis passé par les arts appliqués au lycée puis j’ai fais les Beaux-Arts .
Lily : Après avoir passé mon Bac Littéraire j’ai fait une école de mode sur Paris où j’ai appris la couture, le moulage, le stylisme et l’infographie.

Quand avez-vous lancé Jule et Lily ? Qu’est-ce qui vous a amené à vous lancer ?
Lily : Nous avons crée Jule et Lily en 2009, deux ans après notre rencontre.
Jule avait envie de créer son atelier de sérigraphie et de mon côté, fraîchement diplômée, j’avais une forte envie de créer ma marque et des collections à la fois streetwear et girly.
Jule : Du coup nos deux envies ont fusionné et le nuage de Jule et Lily est né.

Comment Jule et Lily a évolué depuis la création ?
Lily : Au début nous ne faisions qu’une collection par an, puis deux et aujourd’hui nous créons des mini-séries en plus pour noël, St Valentin…
Jule : En ce moment les choses évoluent plutôt bien, nous sommes vendus sur notre E-shop, ALM, Etsy et dans cinq boutiques physiques à Paris, Toulouse et en Corse, pourvu que ça dure… 😉 💗

Quel est l’esprit de Jule et Lily ?
Lily : Jule et Lily, c’est un mélange de Pop culture et de féminité, une envie folle de s’amuser, de partager notre optimisme et de garder une âme d’enfant dans un monde que nous trouvons trop sérieux .

jule et lily bijoux

Les bijoux Jule et Lily en acrylique, notamment de la collection Pop my beach : glaces, coquillages, licornes…

déco jule et lily

L’univers Jule et Lily

D’où tirez-vous votre inspiration ?
Jule : Nous nous inspirons de ce que nous aimons : voyages, musique, films, art, vintage tatouage et enfance. Finalement, nous sommes plus inspirés par ce qui nous entoure que par le milieu de la mode…

Pouvez-vous nous parler de votre processus créatif ? Où-avez vous appris ces techniques ?
Jule: Concernant notre processus créatif qui serait un peu long à expliquer on vous invite à aller voir notre vidéo “Jule et Lily – Made with Love” réalisée par un ami :
https://www.youtube.com/watch?v=3RgGc-MXA44
Lily : Nous avons appris ces techniques d’une part lors de nos études mais pas seulement, lorsque l’on fait de l’artisanat, la meilleure des formations est l’expérience, il faut pratiquer, être curieux et persévérer.

jule et lily sérigraphie

Jule en pleine sérigraphie de t-shirts

jule et lily sérigraphie

Le travail en détail

jule et lily t-shirt

Le résultat de la sérigraphie

Pourquoi avoir choisi de tout faire vous-mêmes ?
Jule : Parce qu’on a un vrai problème, nous sommes “Control addict”, nous aimons tout gérer et nous sommes adeptes du “On est jamais mieux servi que par soi-même”. 😉
C’est aussi parce que l’on a un budget restreint, dans ce cas il vaut mieux faire les choses soi-même. Le seul inconvénient c’est que ça prend plus de temps.
Lily : Oui c’est aussi par passion et par curiosité, le fait de créer sa propre entreprise et d’être multi-casquettes c’est passionnant!!
Par ailleurs, nous souhaitions avoir le moins d’impact possible sur l’environnement, du coup une production en flux tendu nous paraissait être la solution idéale pour éviter le gaspillage et nous n’utilisons que des encres à l’eau en sérigraphie, respectueuses de l’environnement. 😊

jule et lily peinture

Les peintures à l’eau utilisées pour les vêtements

Il y a t-il un article phare dans votre boutique ?
Lily : Oui, il y en a plusieurs qui nous suivent depuis le début et que nous améliorons au gré des collections. En bijoux, il y a la glace, le nœud et le col Claudine et en vêtements, le sweat robe oversize et la veste kimono.

jule et lily collier claudine

Le collier col claudine

jule et lily glace

La glace déclinée en noeud papillon

Savez-vous qui sont vos acheteurs ?
Lily : Nos “ambassadrices et ambassadeurs” ( comme nous aimons les appeler ) sont majoritairement des femmes, (même s’il y a aussi des hommes 😉) .
Elles aiment la mode et elles savent jouer avec ses codes.
Elles ont de l’humour, elles sont créatives et bien dans leur baskets.
Elles aiment être féminine et à l’aise dans leurs vêtements.😉
Jule et Lily : On les adooooores !!! Elles / ils nous représentent si bien! ! 😊 Nous les remercions infiniment pour leur soutien et leur mots doux ! 💗 💗 💗

Natoo Jule et lily

Ils ont trouvé chez la pétillante et célèbre youtubeuse Natoo une ambassadrice de charme !

Qu’aimez-vous faire de votre temps libre ? Quels sont vos petits plaisirs au quotidien ?
Jule : J’ai une vrai passion, la musique en général et en particulier les musiques électroniques, je collectionne les disques vinyles.
Lily : J’adore chiner dans les vide greniers, j’aime donner une seconde vie aux objets que je trouve. Je collectionne pas mal de choses et entre autres des jouets vintage…mais par dessus tout, j’aime rire… 😊

Avez-vous des objets fétiches ?
Jule : Oui, mes disques vinyles et mes platines.
Lily : Oula ! Oui, plein ! Cela dépend aussi du moment, souvent ce sont des cadeaux que l’on me fait , en ce moment j’ai une reproduction d’un point de croix fait par un ami “Georges, Crucifiliste”, représentant une “Alice au pays des merveilles” détournée, je l’adore.
J’ai aussi plusieurs “poupées cupcake” qui sont des créations de “Princesse Rouspette” qui sont d’une mignonnerie incroyable!!
Une tête à chapeau “Twiggy” datant des sixties et un meuble vintage que j’ai repeint en lavande et qui appartenait au grand père de Jule et j’ai aussi un petit poney, rescapé de mon enfance que j’adore…Oui je suis sentimentale…💗

jule et lily décojule et lily appartementjule et lily rose

De quoi aimez-vous vous entourer ?
Jule : De musique et de mes amis.
Lily : De mon univers…un mélange de pastel, de rétro et bien sûr j’aime m’entourer de mes proches, qui m’ont toujours soutenu !

jule et lily alpacassojule et lily intérieur

Il y a t-il des créateurs dont vous appréciez particulièrement le travail ?
Jule : Beaucoup trop !!! Ceux qui me viennent en premier à l’esprit, heuuuuuuu, Peter Saville pour les arts graphiques, Boards of Canada pour la musique, et Alighiero Boetti pour les arts plastiques.
Lily : J’adore les créateurs Japonais en général comme Rei Kawakubo (Comme des garçons) , Tsumori Chisato… et en particulier la jeune génération comme Eri Utsugi et sa marque “MerciBeaucoup” je la suit depuis ses débuts. j’aime ses coupes ( oversizes, épurées ) et le style onirique de ses collections.

Quels sont vos futurs projets pour cette année ?
Jule: On vous réserve pleins de surprises pour cette fin d’année (à suivre 😉) , trouver de nouvelles boutiques en France et à l’international, préparer un salon professionnel début 2016.
Lily : C’est déjà pas mal car l’année est déjà bien entamée… 😊

La dernière collection du duo s’intitule « Gipsy Queen » et a été lancée à la rentrée. Jule et Lily nous emmène en roulotte, découvrir le monde « Gipsy » aux accents russes et orientales. Ils se sont notamment inspirés du film  » Chat noir, Chat blanc  » d’Emir Kusturica. Voici quelques unes de mes pièces préférées, ces chats sont si craquants !

gipsy queen jule et lily

Merci à Jule et Lily pour leur disponibilité et gentillesse ! Je leur souhaite le plus grand des succès, ils le méritent tellement ! La prochaine fois, je vous montre un petit shooting photo avec leur bijoux 😉

jule et lily portrait

Les petits portraits

Amy de Hello Jonesie

7 octobre 2015
Amy_Hello Jonesie

Aujourd’hui, je vous présente la talentueuse Amy Jones, américaine d’origine et parisienne d’adoption. Amy est la créatrice de Hello Jonesie et commercialise des t-shirts et sweatshirts en coton organique entièrement brodés à la main par ses soins. Les clients peuvent choisir entre les motifs existants de sa boutique (licorne, glace, vélo ou ananas, il y en a pour tous les goûts !) ou commander un motif personnalisé.
Du fait-main réalisé avec amour, éco-friendy et avec la possibilité de customiser complètement son motif, moi je dis un grand oui ! Et ça change un peu des H&M, Zara and co !
Si vous adhérez également au concept, allez vite jeter un oeil à sa boutique ! Vous pouvez aussi la suivre sur Instagram et Facebook.

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi ?
Je suis une Américaine venant de Nashville dans le Tennessee et Parisienne d’adoption depuis maintenant presque 4 ans.

Quel est ton parcours ?
J’ai fait des études d’art à Chicago pendant deux ans suivis par un an de commerce international dans le Tennessee et hop, je suis arrivée ensuite à Paris en janvier 2012 pour finir mes études. Je viens de terminer mon Master 2 en communication cette année avec une spécialité dans le numérique.

Hello JonesieHello Jonesie tshirt licorneQuand as-tu lancé Hello Jonesie ?
Officiellement j’ai lancé mon site web/e-shop début août de cette année. Mais je pense que le vrai lancement date du 5 mai quand j’ai terminé ma campagne de financement participatif sur KissKissBankBank. Après 40 jours de campagne et 123% de mon objectif récoltés, j’avais à ce moment-là vraiment les moyens de lancer ma marque.

Qu’est-ce qui t’a amené à te lancer ? Pourquoi la mode et la broderie ?
J’ai voulu lancer Hello Jonesie car j’avais une véritable envie de travailler avec mes mains. Depuis mes premières années à Chicago j’ai toujours voulu être mon propre boss, si c’était pour vendre des cartes fait-main sur Etsy ou pour lancer un plus gros projet. Avec mes études qui se terminaient cette année, je me suis dit qu’il était temps de prendre le risque et de me lancer.
J’ai choisi la mode et la broderie car c’est un style que j’aime beaucoup porter personnellement, et je sais que ça plait aux autres. Pour Hello Jonesie, un aspect essentiel de la marque pour moi c’est la personnalisation. C’est pour cela que je propose des motifs custom ainsi que le choix d’une vingtaine de couleurs pour votre mot ou motif. Aussi, ce que j’aime avec la broderie c’est le fait de pouvoir le prendre avec moi. Que ce soit sur une plage, dans un parc, devant un film, dans un train… tout ce qu’il me faut c’est mon tambour et mes fils.fils HJtshirts HJmotif glacePourquoi as-tu choisi le nom « Hello Jonesie » ? Quel est l’esprit de ta marque ?
Portant le nom de famille Américain ultra-commun de « Jones », Jonesie c’était un surnom que j’ai souvent entendu par le biais de mon père. J’aimais bien ce surnom car ça rendait mon nom de famille plus original pendant mon enfance et même au lycée quand mes amis ont adoptés ce surnom pour moi. Je l’ai choisi pour ma marque car mon travail est très personnel. Aujourd’hui je fait tout toute seule à la main et même si je ne vois plus jamais mes t-shirts une fois qu’ils sont envoyés dans leurs petites boites en carton, chaque petit t-shirt ou sweatshirt fait partie de moi et du développement de ma marque. Pour moi, Hello Jonesie est une marque old school-chic et confort. Elle ne se prend pas au sérieux sauf quand il s’agit de la qualité, et c’est là ou le fait-main et le coton 100% bio rentrent en jeu.

Comment choisis-tu les motifs que tu proposes ?
J’ai choisi les motifs qui sont actuellement proposés sur mon site car ce sont des choses que j’aime et que je pouvais facilement visualiser en haut à gauche d’un t-shirt ou d’un sweatshirt. Aussi, entre l’ananas, la glace et la licorne par exemple et parmi d’autres, je trouve que les motifs sont modernes et décalés une fois brodés.

Motifs-Hello-Jonesie

Hello Jonesie wordplay

Un modèle de la collection Wordplay

Il y a t-il un motif phare de ta boutique ?
Les gens aiment énormément la collection Wordplay sur mon site car l’article est vraiment personnalisé à chaque fois (avec le choix de son propre mot ou phrase à broder sur l’article). Sinon de tous mes motifs, j’ai déjà eu beaucoup de commandes avec le petit vélo ainsi que le petit oiseau en origami, même si globalement tous les motifs semblent trouver preneurs.

As-tu déjà eu des demandes farfelues/originales dans les motifs personnalisés ?
Oui ! Tout récemment, j’ai eu une commande de deux t-shirts assortis avec sur chacun d’eux un petit short de randonné brodé dessus. Ça m’avait fait bien rire car c’était très décalé, et au final c’était très chouette de faire ce petit ensemble.

HJ atelierOù travailles-tu généralement ? As-tu ton propre atelier ?
Je rêve du jour où j’aurai mon propre atelier !  Aujourd’hui je travaille beaucoup de chez moi dans le 10ème arrondissement de Paris, près du Canal St. Martin. J’aime bien aussi me déplacer pour broder dehors dès qu’il fait beau. Que ce soit au parc des Buttes Chaumont, au bord du Canal ou à la Villette.

Pourquoi as-tu choisi Paris ?
J’ai choisi de vivre à Paris il y a longtemps maintenant et je suis chanceuse car au final c’est l’endroit parfait pour lancer ma marque. Paris est une grande ville mais elle est toute petite aussi parfois, je trouve que c’est facile de faire des rencontres et de créer des liens. Le marché des créateurs est vraiment très présent et cela fait donc que c’est plus évident pour faire connaître sa marque. Aussi il y a un certain respect supplémentaire pour le fait-main et le « Made in France » qui est vraiment chouette pour les créatrices comme moi qui doivent faire comprendre la valeur de leur travail. À Paris et en France en général, les gens sont très sensibles à cela.

Qu’aimes-tu faire de ton temps libre ? Quels sont tes petits plaisirs au quotidien ?
Dans mon temps libre, j’adore aller au cinéma et aller acheter des petits matériaux pour faire des nouveaux projets ou déco. En ce moment c’est des plantes grasses chez Leroy Merlin. Au niveau quotidien, je pense que mon petit plaisir ultime est le grand café au lait à l’Américaine que je prends tous les matins avant de commencer la journée.

déco amy HJpHJ6As-tu des objets fétiches ?
Mon appareil photo hybride Fujifilm. C’est mon bébé, et il m’accompagne dans tout ! Les vacances, des petites photos pour HJ (quand ce n’est pas ma fabuleuse photographe Andréa Délétang qui les prend). Sinon, toutes mes petites plantes à la maison. J’aime beaucoup mélanger le blanc avec de la verdure et des touches de couleurs.

Peux-tu nous partager quelques unes de tes adresses coup de cœur à Paris ?
J’ai découvert il n’y a pas très longtemps un restaurant dans le 10ème qui s’appelle Floyd’s. J’ai l’impression d’être retournée chez ma mère avec des ribs BBQ et surtout du Mac N’ Cheese (mon plat préféré de loin – et oui, je garde bien mes racines Américaines !) Sinon j’habite à deux pas du Petit Cambodge avec ses bobuns tout frais à tomber par terre. Niveau shopping on peut me retrouver souvent chez Fleux ou encore chez BHV aux étages de la mercerie et papeterie.

Il y a t-il des créateurs dont tu apprécies particulièrement le travail ?
Je suis amoureuse des bijoux de Pauline de la marque Benu Made. Elle fait des broches, des colliers, des boucles d’oreilles et le tout avec du cuir, beaucoup de doré et surtout dans des formes que j’aime beaucoup (des bananes, des petits chiens trop mignons, des mains avec des ongles rouges, etc.. ) Je suis une grande fan ! Sinon il y a aussi Juliet Meeks, une designeuse venant de la Nouvelle Orléans. Elle a fait tout le branding de Hello Jonesie et elle va bientôt lancer sa marque de produits (torchons fait main, coussins, petites cartes de vœux, etc..) J’ai très hâte de voir ça !

benu made bijoux

L’univers coloré de Benu Made que j’affectionne beaucoup également !

Quels sont tes futurs projets pour Hello Jonesie ?
Le mois d’octobre sera un grand mois pour Hello Jonesie car je lance des collections en édition limitée qui seront mensuelles et en collaboration à chaque fois avec un nouveau blogger, designer, artiste, etc. Sinon j’aimerais lancer des ateliers pour les particuliers en 2016 (jusqu’au jour ou j’aurai ce fabuleux atelier tout à moi !)

madame marion x hello jonesie

Ce mois-ci, vous pouvez découvrir la collaboration entre Amy et la blogueuse Madame Marion. Elles proposent un motif spécial choisi par Marion en édition limitée. On attend avec impatience les prochaines collaborations !

Crédits photos : les photos de cet article ont été réalisées par Amy Jones et Andréa Délétang.

Les petits portraits

Interview d’Emilie de Milicancrelat

29 juin 2015
blatte1

En ces premiers jours d’été, je suis heureuse de vous présenter l’univers coloré, pétillant et décalé d’Emilie de la boutique Milicancrelat ! Dans sa jolie boutique Etsy, vous trouverez des adorables bijoux et accessoires en tissu principalement (tout est fait main of course !). Pour les amoureuses des chats, vous verrez qu’ils sont à l’honneur dans les petites créations d’Emilie. Je suis complètement sous le charme de ces petits objets qui vous redonnent tout de suite le sourire !

Pour retrouvez l’univers d’Emilie :
La boutique Etsy : https://www.etsy.com/fr/shop/milicancrelat
Le blog : http://milicancrelat.blogspot.fr/
La page Facebook : https://www.facebook.com/pages/Milicancrelat/361449143959344

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi ?
Je m’appelle Emilie, je suis créatrice d’objets utiles et inutiles en textile. J’aime coller des yeux à tout ce que je fais. Je viens tout juste de m’installer à Bordeaux après avoir passé une dizaine d’années à Paris. Je suis 2 fois tatie et un peu tordue.

chacamain_orange

Peux-tu nous donner 3 adjectifs qui te correspondent bien ?
Petite, myope et espiègle (je ne suis pas une taupe).

Pourquoi as-tu choisi ce nom « Milicancrelat » ?
Je voulais un nom qui ressemble à ce que je crée, mignon (mili) et un peu bizarre (cancrelat). Je trouvais que l’association des 2 sonnait bien alors j’ai gardé ça!

Comment décrirais-tu ton univers ?
Je pense que mon univers est un peu naïf, dans le sens enfantin. Coloré ça c’est sûr , et je l’espère plein d’humour et de poésie. Il est peuplé d’animaux, d’objets que je personnifie, de fleurs et de petits bonhommes. Je vis entourée de tissus, de laine de perles, de pinceaux,… C’est une belle pagaille quoi !

au_boulotmagnets milicancrelat

Depuis quand as-tu lancé ta boutique ? Qu’est-ce qui t’a amené à te lancer ?
J’ai ouvert ma boutique etsy il y à 3 ans à peu près. Au départ un peu en dilettante, à côté de mon boulot (qui n’était pas loin puisque j’étais styliste pour une marque de luxe pour enfants).
Puis j’ai pris goût à cette liberté de pouvoir créer sans contraintes, avec mon propre style, et cela fait maintenant 1 an que je m’y consacre entièrement.

broche chat milicancrelat

Broche chat blanc

D’où tires-tu ton inspiration ?
Je m’inspire beaucoup de tout ce qui m’entoure, les objets du quotidien, la nourriture et des nombreux chats qui viennent me rendre visite chaque jour dans mon jardin.

Peux-tu nous parler de ton processus créatif ?
Au début, il y a une petite idée, un truc que j’ai vu quelque part, alors je réfléchi, j’y repense et ça se transforme dans ma tête. Puis vient le moment du gribouillage, je dessine un premier jet, le reprend, le laisse reposer et là au bout de quelques essais ça y est, ce que j’ai dans la tête est là sur le papier. Ensuite je le pense en couleur et en matière avant de me lancer dans la réalisation en 3D. Je fais ensuite quelques essais tests et là, surprise ! mon idée est devenue concrète, prête à être utilisée!!!

As-tu un atelier ?
Je n’ai pas vraiment d’atelier pour le moment, j’ai un espace amovible que j’installe dans mon appartement et quand il fait beau, je vais travailler dans le jardin (la chance!)

Il y a t-il un article phare dans ta boutique ?
La broche crayon brodée me tient particulièrement à coeur, je l’ai pensée assez vite et j’ai réalisé le prototype dans le train que j’ai pris pour venir m’installer à Bordeaux…
C’est aussi la première création que j’ai ensuite réalisée en petite série. Et il est plein de symbole.crayon milicancrelat

Sais-tu qui sont tes acheteurs ?
Je pense que ce sont beaucoup de jeunes filles (les accessoires cheveux leur plaisent beaucoup), des mamans ( pour tous les objets déco) et des jeunes femmes qui assument d’être un peu décalées.serres_têtes

Que répondais-tu quand on te demandait ce que tu voulais faire plus tard étant petite ?
Je voulais être majorette et en fait ce n’est pas si loin puisque je suis une pompon girl !

Qu’aimes-tu faire de ton temps libre ?
J’aime bien marcher et découvrir de nouveaux endroits.

Quels sont tes petits plaisirs au quotidien ?
j’aime bien cuisiner des petits plats et surtout les manger !!!

As-tu une journée type ?
Je n’ai pas vraiment de journée type, Je commence toujours par me faire une liste de tout ce que je dois faire dans la journée, je raye au fur et à mesure les missions accomplies. Mais il n’y a jamais 2 listes identiques, mes journées sont toujours assez différentes !

As-tu des objets fétiches ?
J’essaie de me calmer avec ça! J’avais commencé plusieurs collections dont une d’écureuils… je les adore.écureuils

De quoi aimes-tu t’entourer ? Peux-tu nous parler de la déco de ton chez toi ?
Il y a toujours de quoi dessiner ou coudre ou bien broder autours de moi, alors ma déco , ce n’est pas vraiment comme dans les magasines, tout beau, bien assorti…
Chez moi c’est vivant, il y a des cadres que j’ai peint, des carafes en forme de chats, des planches à découper cochons, des côtelettes brodées…maquillage

Il y a t-il des créateurs dont tu apprécies particulièrement le travail ?
J’aime beaucoup le travail de Nathalie Choux, surtout les céramiques, les personnages de Jess Quinn, les illustrations de Marc Boutavant,…

marc boutavant marc boutavant

Les jolies illustrations de Marc Boutavant

Quels sont tes futurs projets pour cette année pour ton activité ?
Il y en a beaucoup, tout d’abord, continuer à créer pour Milicancrelat. Je m’investie aussi beaucoup dans l’association pArt-Âge à Bordeaux qui met en valeur les créateurs locaux et j’ai aussi un projet secret … Je pourrais peut-être en dire plus bientôt 😉

J’espère que cette nouvelle interview vous aura plu ! Comme c’est la période des soldes, Emilie vous propose 10% de réduction sur sa boutique à partir de 30€ d’achat avec le code : VIVELESSOLDES.

Les petits portraits

Portrait de Naïma de Nayanaï

28 mai 2015
Nayanai portrait

Aujourd’hui, je vous présente l’adorable et pétillante Naïma, une créatrice strasbourgeoise à l’imagination débordante. Elle est illustratrice et fabrique également des objets en céramique. Elle donne ainsi vie à des petites cuillères et des bols en leur conférant des personnalités uniques. Je suis absolument fan de ses créations rigolotes, poétiques qui enchantent notre quotidien.

Je vous invite à découvrir son blog, une merveille pour les yeux , sa boutique et sa page Instagram.

nayanai cuillères

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi ?
Je m’appelle Naïma. Je viens de Mayotte. Cela fera bientôt 10 ans que j’habite en France métropolitaine. J’aime énormément la nature. Cela m’attristait de ne pas avoir de potager (je n’ai pas de balcon) alors j’ai décidé de me faire un « petit coin nature » dans notre petit appartement. Il y a un avocatier, un figuier, des herbes aromatiques, des pommes de terres et d’autres plantes que j’adore regarder pousser. Je me suis découverte une passion pour les braderies ! 🙂 Je pose trop de questions. Je suis fan les films bollywoodiens. Dans une autre vie, j’aurais aimé être rousse. Et j’adore créer à partir de choses simples, des objets ou des espaces poétiques.

Peux-tu nous donner 3 adjectifs qui te correspondent bien ?
Je suis souriante, passionné par les autres (les gens sont tellement intéressants) et travailleuse (je ne sais pas me reposer).

Comment décrirais-tu ton univers ?
Mon travail est bercé par les souvenirs des contes et légendes que l’on nous racontait mes sœurs et moi quand nous étions petites. Même s’il ne reste que des bribes de ces histoires : l’imaginaire, les univers (étranges, colorés, oniriques) sont restés. Je raconte mes histoires par le biais de l’illustration. Il est le fil conducteur de tous mes projets.
Mon univers est coloré, espiègle, drôle, pétillant, un soupçon sombre et étrange mais toujours baigné de douceur. J’aime qu’il y ait une interaction avec les objets/illustrations que je créée et les personnes qui les reçoivent. J’aime fabriquer des objets qui font partie du quotidien comme des cuillères et y mettre un peu de magie. Que les personnes qui les reçoivent se racontent des histoires. Des histoires qui leurs sont propres et qu’ils partagent.

naynai illustration
Pourquoi as-tu choisi ce nom « Nayanaï » ?
Nayanaï est la fusion de deux éléments : une partie de mon prénom et un surnom que me donnait une amie au lycée. Je l’aimais bien alors, je l’ai gardé! 🙂 J’ai été agréablement surprise de découvrir que Nayanaï est une ville au Bangladesh! 🙂

Depuis quand as-tu lancé ton activité ?
J’ai créé mon entreprise en fin 2013. Un an après l’obtention de mon master d’art visuels. J’avais déjà commencé à faire des salons pendant mes études. Je me suis dit pourquoi ne pas me lancer! Je continue toujours aujourd’hui ! 🙂

Qu’est-ce qui t’as amené à la céramique ?
J’ai toujours adoré la céramique. Surtout deux artistes : Nathalie Choux et Lili Scratchy. J’admire leurs travaux respectifs : la finesse, la poésie et la mélancolie de l’une et de l’autre la loufoquerie, l’expérimentation et les couleurs. Je me suis dit un jour : « dans 10 ans, j’en ferai ». Et hop quelques mois après, un atelier de céramique ouvrait ses portes juste à côté de chez moi. J’y ai appris énormément. Depuis, une autre céramiste m’a inculqué d’autres techniques que je perfectionne chez moi.
J’aime la céramique car il a plein de possibilités, plein de techniques pour obtenir d’innombrables résultats. A partir d’une pâte solide ou liquide, on peut faire ce que l’on veut : des œuvres monumentaux au objets fins et délicats. J’aime cette matière surtout car elle fait partie de ces « matériaux naturels » qu’on utilise au quotidien et qui durent longtemps quand on en prend soin. Et surtout car ils se transmettent de génération en génération.
Façonner des objets dans la céramique est aussi une manière de mettre un peu de poésie, de l’étrangeté dans le quotidien qui nous semble parfois routinier. L’imaginaire se pose tel une emprunte, une trace sur les objets du quotidien.

Cuillère Nayanai

D’où tires-tu ton inspiration ?
Comme tout le monde mes inspirations sont multiples : chez moi, chez les autres, dehors, dans la nature, sur internet. J’ai une banque d’image énorme sur mon PC qu’il faudrait que je trie d’ailleurs. La couleur est très importante pour moi. Ce que je préfère ce sont les formes et les couleurs. J’essaye de les retranscrire dans mon travail, de rassembler plusieurs éléments pour leur donner une nouvelle forme, une autre identité afin qu’elle raconte de nouvelles histoires.

Où travailles-tu ? As-tu ton propre atelier ?
Je travaille chez moi. Je me suis installée un petit coin avec ma table de travail devant la fenêtre. Pour le moment, cela me plaît bien. Plus tard, je prendrai un atelier car au final mon travail prend de plus en plus de place dans l’appartement. Et j’ai besoin de plus de place pour mieux travailler.

K

Peux-tu nous parler de ton processus créatif ?
Je vais parler alors des différentes étapes pour la création d’objets en céramique : par exemple pour les personnages cuillères. Il faut bien garder en tête que chaque étape prend du temps et qu’il faut s’armer de beaucoup de patience. Tout d’abord, je cherche les visages des personnages. J’ai plein de petits papiers où je griffonne des visages, où je teste des couleurs qui traînent un peu partout. Mon copain a très bien compris qu’il ne fallait pas les jeter ! 🙂 Quand je suis satisfaite du rendu. Alors, je commence à travailler la terre pour la rendre malléable et lui enlever d’éventuels bulles d’air. Je façonne la forme « en gros ». Ensuite, je laisse un peu sécher. Quelques temps après, je commence à sculpter ma forme jusqu’à ce qu’elle me convienne. Viens l’étape du crayonné sur la céramique et j’engobe (je peins). Ensuite, j’attends 2, 3 jours que tout soit bien sec avant d’emmener les objets à l’atelier où je fais cuire pour la première cuisson. J’y retourne ensuite pour l’émaillage. Et enfin une dernière fois pour récupérer les objets. J’ai toujours une appréhension par rapport la cuisson car avec la céramique, on ne sait jamais vraiment ce que va rendre le résultat (trop fin, trop d’émaille,..). Surtout que je ne suis pas une spécialiste néanmoins je suis fière de pouvoir faire chacun de mes objets à la main. Ainsi commence leurs histoires qui j’espère seront remplis de péripéties dans leurs nouvelles familles.

Que répondais-tu quand on te demandait ce que tu voulais faire plus tard étant petite ? Aujourd’hui es-tu dans un domaine proche ?
Ne vous moquez pas, hein ! 🙂 Je voulais être patineuse artistique car j’étais fan de Surya Bonaly et aussi fleuriste car j’ai toujours adoré les fleurs. J’ai toujours quelques fleurs cueillies en rentrant chez moi, même aujourd’hui. Avec mes sœurs, on mettait de l’eau savonneuse sur les carreaux du salon et on s’élançait pour glisser. On disait à notre mère qu’il y avait plein de savon partout parce qu’on passait la serpillière ! 🙂 On avait plein de petites coupures au niveau des genoux mais c’était tellement drôle! 🙂
Aujourd’hui, je ne suis pas du tout dans ces domaines mais les fleurs ne sont jamais très loin. Toujours un bouquet à côté de moi ou dans mon travail. En ce moment, c’est du lilas !

Fnayanai intérieur

Quelles sont tes passions ? Qu’aimes-tu faire de ton temps libre ?
Je suis passionnée par beaucoup de choses ! Trop parfois ! 🙂 J’aime tester des recettes surtout celles que je n’ai pas l’habitude de manger. En ce moment ce sont des recettes asiatiques. J’ai découvert le blog Bowl and spoon : je teste de temps en temps les recettes qu’elle propose. C’est toujours succulent. En ce moment, c’est la recette de la tapenade d’olives vertes. Un régal !
J’aime faire du jardinage, du tricot/crochet, découvrir une nouvelle activité, dénicher de nouveaux meubles pour notre intérieur, faire des promenades, cueillir des fruits et des légumes et papoter avec les copains.

Kimchi Nayanai
Quels sont tes petits plaisirs au quotidien ?
Les bisous du matin de mon amoureux, regarder pousser les plantes, faire un métier que j’aime, la pause goûté et parfois le film du soir regardé en amoureux avec une petite tisane. Je suis une mamie, je sais ! 🙂

Ta journée parfaite ?
Je n’ai pas vraiment de journée parfaite. Ce serait plutôt les souvenirs de journées que j’adorais quand j’étais petite. Toute une journée en famille à la plage avec la maison de l’autre côté de la route. On se baignait, on mangeait des bananes, du manioc et des ailes de poulet cuits au barbecue et on prenait le soleil. J’adorais ces journées. J’aimerais bien en refaire.

Peux-tu nous parler de la déco de ton chez toi ?
Notre appartement est tout petit. Alors côté décoration, on ne peut pas faire ce qu’on veut. La grande majorité de la décoration est dans des cartons en attente du prochain appartement. Ce qui est bien, c’est que les murs sont blancs et qu’on y a ajouté plein de détails pour en faire un petit cocon. Et surtout, il y a une grande hauteur sous plafond et de grandes portes fenêtres qui font que l’appartement est baigné de lumière.

nayanai déco

As-tu des objets « fétiches » ?
J’ai cherché longtemps pour trouver la réponse à cette question. Je dirais les tissus de Mayotte que ma maman et ma mamie m’ont donné, quelques livres, des graines et une paire de boucles d’oreilles que m’a donné ma maman quand je suis venue pour la première fois en France métropolitaine.

As-tu des créateurs pour lesquels tu as eu un coup de cœur ?
Il y a en a tellement ! 🙂
Il y a d’abord les artistes plasticiens que j’affectionne comme Odilon Redon, Klimt, Chagall, Kandinsky, Cy Twombly, Cendrine Rovini …mais aussi les illustrateurs comme Amélie Fléchais, Clément Lefèvre, Lucille Michieli, Jérémie Almanza… les créateurs comme Rose Minuscule, Natali Koromoto, Masami Cocon, Le train fantôme… et surtout l’incommensurable Hayao Miyazaki ! 🙂

lucille michieli

Le joli univers de Lucille Michieli

Rose minuscule lapins

Les créations poétiques de Rose Minuscule

Quels sont tes futurs projets pour cette année pour ton activité ?
Ce qui est super dans les métiers créatifs, c’est qu’on rencontre les gens et moi, j’adore ça !
Je suis en train de penser à d’autres produits comme par exemple des dessous de plats pour de prochains projets. D’autres choses sont en cours ou simplement en stade d’idée alors j’aimerais un peu les garder pour moi pour le moment. J’aimerais mettre un peu de magie et d’étrangeté dans l’intérieur des autres. J’adore faire cela chez moi alors j’aimerais bien que d’autres me permettent de le faire plus encore chez eux.

nayanai illustration 2

Merci beaucoup Céline, c’est la première fois que je réponds à une interview qui va être lu. Cela m’a fait extrêmement plaisir de pouvoir y répondre ! 🙂 La fille qui rougit en moi te dit MERCI !  🙂 ♥

Les petits portraits

Portrait de Sonia Cavallini

7 mai 2015
portrait créatrice Sonia Cavallini

Aujourd’hui, je vous présente Sonia Cavallini, une jeune artiste à l’univers fleuri et enchanteur ! J’aime énormément la patte très personnelle et poétique de ses illustrations. Dans sa boutique qui met à l’honneur l’aquarelle, vous y trouverez des jolies cartes, des affiches et des articles de papeterie. Vous pouvez découvrir sa boutique ici et la suivre sur Instagram.

Produits Sonia Cavallini
Peux-tu nous dire quelques mots sur toi ? Peux-tu nous donner 3 adjectifs qui te correspondent bien ?
Je m’appelle Sonia, j’ai 26 ans et je vis à Lyon. Je suis illustratrice freelance mais mon activité principale pour l’instant est plutôt la création de divers articles de papeterie. Cela me permet de distribuer mes produits dans quelques boutiques et de me faire connaitre. Je dirais que les trois adjectifs qui me correspondent bien sont : Perfectionniste/stressée, nostalgique et observatrice.

Peux-tu nous parler de ton parcours ?
J’ai un master 2 en histoire de l’art mais à mes yeux il est vraiment compliqué de trouver un travail dans une galerie. Après mes études, je suis partie en Australie et en Asie pendant un an pour voir de nouvelles cultures et penser à mon avenir. J’ai beaucoup dessinée là bas et la réponse est finalement arrivée toute seule !

Depuis quand as-tu lancé ta boutique ? Qu’est-ce qui t’as amené à te lancer ?
J’ai ouvert ma boutique en ligne à mon retour en France en septembre 2013 mais parallèlement j’avais un petit boulot. Ce n’est qu’en septembre 2014 lorsque je me suis entièrement consacrée à mes dessins que tout a vraiment commencé ! Je pense que la conjoncture économique m’a poussée à transformer ma passion en un métier. Si j’avais trouvé facilement un travail dans le milieu des galeries, je n’aurais sans doute pas choisi de lancer ma propre boutique ce qui, au fond, est une très bonne chose ! Je ne me vois pas faire un autre métier même si les début sont toujours très éprouvants !

Comment décrirais-tu ton univers ?
En un mot : fleuri !

je t'aime carte Sonia Cavallini

D’où tires-tu ton inspiration ?
J’aime particulièrement m’inspirer de la faune et la flore car c’est pour moi une source intarissable d’idées. Je me documente beaucoup sur l’histoire de l’art et les diverses travaux qui en découlent. Je trouve, par exemple, le traitement du végétal au Moyen Age passionnant.

Créations Sonia Cavallini

Peux-tu nous parler de ton processus de création ? Quelles méthodes utilises-tu ?
Je peins principalement avec de l’aquarelle. Lorsque je commence une illustration, je ne fais jamais d’esquisse préparatoire mais je réalise néanmoins des recherches de couleurs et d’idées au préalable. La couleur est justement l’un des éléments phare de mon travail et je ne suis satisfaite de ma peinture que lorsque, à mes yeux, les teintes sont en parfaites harmonies.

Bureau travail Sonia cavallini

Son espace de travail

Qu’aimes-tu dessiner par dessus tout ?
Je dirais que chaque travail est différent. Par exemple, lorsque je peins un motif, je ne crayonne pas de traits au préalable. Je me laisse guider par la peinture et cela est assez relaxant. Par contre, lorsque j’illustre une scène qui raconte une histoire, cela me demande plus de techniques et d’efforts. Comme je suis autodidacte, il y a des choses que je ne sais pas faire et cela me frustre beaucoup. Il est toujours difficile de retranscrire ce qu’on imagine. Malgré tout, je dirais que je préfère peindre des illustrations car j’ai un lien plus personnel avec elles et contrairement à mes motifs, je m’attache toujours au lieu ou au personnage.

belle au bois dormant sonia cavallini

La Belle au bois dormant

Il y a t-il un produit phare dans ta boutique ?
Mon renard ! Cette peinture est très importante pour moi car c’est la première que j’ai réalisée à mon retour en France, lorsque je n’avais pas encore lancé mon entreprise. Elle représente le début de quelque chose.

renard sonia cavallini

Que répondais-tu quand on te demandait ce que tu voulais faire plus tard étant petite ? Aujourd’hui es-tu dans un domaine proche ?
J’aurais bien aimé être styliste ce qui n’est pas si éloigné de ce que je fais maintenant !

Qu’aimes-tu faire de ton temps libre ?
A vrai dire depuis que j’ai monté mon entreprise, je n’ai pas beaucoup de temps libre ! Il est assez compliqué de s’accorder du temps lorsque l’on travaille chez soi car le travail est toujours « à porter de main », mais j’aime passer du temps au soleil, me promener, prendre des photos avec mon appareil argentique, regarder des séries, des films et chercher toutes sortes de choses sur internet.

Quels sont tes petits plaisirs au quotidien ?
J’aime m’asseoir dans un fauteuil près de ma fenêtre et boire un bon thé pour me réveiller.

Ton dimanche parfait ?
Sans travail !

As-tu des objets « fétiches »?
J’aime être entourée par des objets qui me rappellent des souvenirs du passé. Je suis très attachée à la manière de garder la mémoire intacte et j’ai de nombreux journaux intimes, des photos argentiques, de vieux objets, etc.

Il y a t-il des créateurs dont tu apprécies particulièrement le travail ?
Internet est vraiment un média parfait pour découvrir des artistes ! J’aime beaucoup les travaux photographiques de Lina Scheynius et Amanda Charchian. En ce qui concerne les illustrateurs, certaines peintures de Dorothy Lathrop et Edmond Dulac me fascinent et des illustratrices plus contemporaines comme Phoebe Wahl, Yelena Bryksenkova, Aitch ou encore Julianna Swaney font partie des artistes que j’admire.

Yelena Bryksenkova

Un aperçu du travail de Yelena Bryksenkova

Phoebe wahl

L’univers de Phoebe Wahl

Quels sont tes futurs projets pour cette année pour ton activité ?
En ce moment je dessine un peu moins car je suis en pleine recherche de boutiques ! Je prépare de beaux projets avec la team Etsy Lyon et d’autres collaborations notamment des motifs sur du textile. D’ici la fin de l’année j’aimerais mettre en place une rubrique faire-part de mariage et de naissance et proposer également des foulards en soie peint à la main.

Retrouvez un petit carnet de Sonia dans les box spéciales fêtes de mères de la team Etsy Lyon, elles sont canons ! J’espère que cette petite interview  vous aura plu ! A bientôt pour un nouveau portrait !